Au quotidien

La Femme, la mode islamique et la loi du commerce

L’actualité est encore encombrée par une polémique à connotation religieuse dont on se serait bien passé. Mais elle soulève des questions importantes, alors parlons-en.

Je suis évidemment d’accord avec Elisabeth Badinter quand elle appelle au boycott des marques qui proposent aux femmes des vêtements dits « islamiques ». Cette prétendue « mode islamique » est la triste conséquence de la rencontre entre la loi du profit, et l’extension jamais interrompue du communautarisme dans notre société.

Frexit

Je tombe ce Week End sur une passionnante étude de l’université d’Edimbourg, dont le Le Monde se fait longuement l’écho. Elle confirme ce que je ressens de plus en plus dans mes déplacements : les Français sont entrés en rébellion contre l’Union Européenne. Les Français ont soif de liberté et de nation. Partout je le constate. Au Salon de l’Agriculture cette année c’était flagrant. Et nouveau.

Je ne suis pas surprise d’y lire que c’est dans notre pays qu’on craint le moins des effets négatifs du « Brexit » pour l’économie britannique. Il y a quelques années ce résultat aurait été inimaginable : la machine à faire peur de nos adversaires, les eurofanatiques, fonctionnait encore. Maintenant on comprend chaque jour davantage tous les intérêts de la liberté et de la souveraineté.

Dragueuse !

A la suite de ma visite au Salon de l’Agriculture, un reportage a attiré mon attention par la légèreté de son titre : « Marine Le Pen drague les agriculteurs à Paris ».

Intriguée par cette expression pour le moins frivole dans un contexte qui ne l’est pourtant pas, celui d’une crise agricole terrible, j’ai fait le test de soumettre le terme « Marine Le Pen drague » au suffrage de la Toile.

Et là surprise, je découvre que je suis une dragueuse invétérée, en témoignent des pages entières du fameux moteur de recherche !

Hollande féministe ?

Je suis une lectrice de magazines féminins, et je suis une responsable politique. Lorsque le président de la République accorde un entretien au magazine Elle cela ne peut donc qu’éveiller ma curiosité.

François Hollande se déclare féministe. Très bien.
Mais à la lecture de l’interview je déchante vite. Les Françaises pourront encore attendre.

Les mots remplacent l’action. La communication remplace la réflexion de fond.

Peut-on tout dire contre le Front National ? Il faut croire que oui

Je n’ai pas pour habitude de commenter une décision de justice, encore moins de jouer les victimes éplorées. Je sais par expérience que la politique est un combat âpre, où tous les coups sont permis et certains plus que d’autres, quand l’adversaire appartient au Front National.

Je ne peux cependant passer sous silence la stupéfiante décision rendue par le tribunal correctionnel d’Angoulême : la relaxe de deux rappeurs poursuivis par le Parquet, qui demandaient dans une chanson à « voir ma tête découpée, rangée dans un sac ».

Cet appel au meurtre a laissé de marbre les juges de cette juridiction et n’a pas suscité la moindre émotion au sein de la classe politique. J’en déduis que l’on peut aujourd’hui tout se permettre contre le Front National. Mais est-ce vraiment surprenant ?

Naviguer