Traité Transatlantique : sortir de l’enfumage
Québec – Saint Pierre et Miquelon : les premières photos
Hollande féministe ?

Le printemps des patriotes

C’est au cœur de l’ancienne capitale impériale que le Mouvement européen des nations et libertés (MENL) s’était donné rendez-vous pour marquer le 1er anniversaire de sa création.

Vienne, où un vent de liberté s’est levé il y a quelques jours à l’occasion d’une élection présidentielle historique. Election à l’issue de laquelle nos amis du FPO et son candidat Norbert Hofer ont incarné cet élan formidable de renouveau, cette soif insatiable des peuples européens à recouvrer le cours de leur destin et à reprendre leur avenir en main.

Le gouvernement en état végétatif

C’est l’Euro 2016, ce devrait être une période festive, une compétition sportive à même de donner une belle image de notre pays. Et pourtant, le moment est bien sombre, bien triste. Nous vivons une bien étrange période. Les attentats se suivent, à des échéances de plus en plus rapprochées, et le pays s’endeuille régulièrement. Avant-hier encore, la terreur islamiste frappait dans le domicile d’un couple de policiers, laissant un malheureux enfant de 3 ans sans père ni mère. Dans le même temps, alors même que l’état d’urgence a été déclaré, et plusieurs fois prolongé, nos villes sont presque chaque jour désormais dévastées par des hordes de casseurs d’extrême gauche. Je ne mets pas sur le même plan les deux phénomènes. Mais je m’interroge sur la passivité coupable du gouvernement, qui, quelle que soit la gravité des actes commis, se contente de commenter, et de jouer ce rôle étrange de spectateur…

Euro 2016 : la réhabilitation, c’est maintenant !

Le 10 juin débutera en France l’Euro 2016. Ce n’est un secret pour personne, je n’ai pas une attirance particulière pour le football. Plus précisément pour le football professionnel, son étalage indécent d’argent, ses scandales à répétition, sa corruption endémique. En clair, le monde de prébendiers qui a dévoyé ce sport, qui en a fait une activité commerciale et un business avant tout, n’a rien pour susciter l’empathie.

Merci Julian Assange !

Dans une interview diffusée hier, Julian Assange multiplie les analyses lucides sur les raisons de nos faiblesses stratégiques, en lien notamment avec notre soumission à l’Union Européenne, et donc les Etats-Unis.

On comprend pourquoi François Hollande, mis en cause comme son prédécesseur, a refusé l’asile politique à Julian Assange.

Je réclame une nouvelle fois que la France s’honore en lui proposant cet asile.

Naviguer