Jeudi soir, François Hollande doit faire le choix de la proportionnelle

Jeudi soir à la télévision, le président de la République aura l’occasion de faire des annonces concrètes pour rendre moins inutile la fin de son quinquennat. S’il ne le fait pas, s’il se contente une nouvelle fois de tenter de vendre aux Français un bilan déplorable en tout domaine, il aura perdu son temps, et les Français plus encore.

Engoncé dans ses dogmes, François Hollande malheureusement n’annoncera pas jeudi une réorientation totale de notre politique européenne, vers la souveraineté nationale et le progrès économique et social. Pas plus qu’il ne prendra de décisions courageuses et nécessaires en matière migratoire ou concernant la menace islamiste.
Il est un domaine en revanche où le bon sens peut encore l’emporter : « la crise démocratique », qui doit constituer l’un des trois thèmes de l’entretien selon les premières annonces.

Oui, il y a une crise. Cette crise vient du sentiment très affirmé qu’ont nos compatriotes de n’être plus jamais entendus. Ou même de voter pour rien. Les raisons de cette crise sont profondes, elles tiennent au caractère très politique du peuple français, qui sent bien que la souveraineté, et donc la politique, n’est plus en France mais ailleurs, essentiellement à Bruxelles. Les Français constatent aussi la raréfaction très malheureuse des référendums nationaux et la complexité toujours plus grande des politiques publiques, qui s’explique largement par la décentralisation anarchique que la France subit.

Je doute que 14 mois d’un mandat finissant puissent changer la donne sur ces points. Il faudra pour cela l’énergie d’un nouveau président et d’un nouveau mandat.

En revanche, le chef de l’Etat peut prendre une décision jeudi soir pour résorber en partie cette crise démocratique : mettre en place le mode de scrutin proportionnel pour les prochaines élections législatives. La proportionnelle intégrale bien sûr, et non une simple dose, car la démocratie ne se marchande pas, ne se découpe pas en doses, et les Français ne se contenteraient pas de miettes qui leur seraient jetées.

La proportionnelle intégrale, conciliée ou non avec une prime majoritaire le débat est ouvert, serait une bouffée d’oxygène dans notre démocratie à bout de souffle.
Le seul moyen de représenter l’ensemble des Français à l’Assemblée Nationale, dans la diversité de ce qu’ils pensent.
Le seul moyen de ranimer le débat démocratique dans cette Assemblée, entre les forces vives du pays.
Un vrai moyen d’intéresser à nouveau nos compatriotes à la chose publique et de les ramener aux urnes.

Monsieur le Président de la République, je vous fais cette demande : jeudi ayez l’audace et le bon sens d’annoncer la proportionnelle intégrale pour l’élection des futurs députés de la Nation !

Signature

Naviguer