mars 2016

5 Articles Accueil
mars 2016 : tous les articles

Frexit

Je tombe ce Week End sur une passionnante étude de l’université d’Edimbourg, dont le Le Monde se fait longuement l’écho. Elle confirme ce que je ressens de plus en plus dans mes déplacements : les Français sont entrés en rébellion contre l’Union Européenne. Les Français ont soif de liberté et de nation. Partout je le constate. Au Salon de l’Agriculture cette année c’était flagrant. Et nouveau.

Je ne suis pas surprise d’y lire que c’est dans notre pays qu’on craint le moins des effets négatifs du « Brexit » pour l’économie britannique. Il y a quelques années ce résultat aurait été inimaginable : la machine à faire peur de nos adversaires, les eurofanatiques, fonctionnait encore. Maintenant on comprend chaque jour davantage tous les intérêts de la liberté et de la souveraineté.

Dragueuse !

A la suite de ma visite au Salon de l’Agriculture, un reportage a attiré mon attention par la légèreté de son titre : « Marine Le Pen drague les agriculteurs à Paris ».

Intriguée par cette expression pour le moins frivole dans un contexte qui ne l’est pourtant pas, celui d’une crise agricole terrible, j’ai fait le test de soumettre le terme « Marine Le Pen drague » au suffrage de la Toile.

Et là surprise, je découvre que je suis une dragueuse invétérée, en témoignent des pages entières du fameux moteur de recherche !

« Mon fumier vaut plus cher que mon lait » : un salon de deuil et de combat

Cette année, la plus grande ferme de France était en noir et c’est un salon endeuillé qui ferme maintenant ses portes. Deuil de ceux qui font faillite, deuil de ceux qui en arrivent à s’ôter la vie parce que leur métier ne leur permet plus de vivre décemment, deuil des familles qui éclatent sous la pression des difficultés financières, deuil des jeunes qui ne pourront prendre la relève et assurer la pérennité d’un métier noble qui se donne, depuis toujours, pour mission de nous nourrir. Un deuil qui risque bientôt d’être celui de notre modèle agricole familial, fondé sur l’indépendance, la qualité et le savoir-faire ; un modèle unique qui s’effondre de plus en plus brutalement sous les coups de boutoir de la folie mondialiste et de la cupidité, érigée en dogme absolu à travers le libre-échange et la financiarisation à outrance.

Hollande féministe ?

Je suis une lectrice de magazines féminins, et je suis une responsable politique. Lorsque le président de la République accorde un entretien au magazine Elle cela ne peut donc qu’éveiller ma curiosité.

François Hollande se déclare féministe. Très bien.
Mais à la lecture de l’interview je déchante vite. Les Françaises pourront encore attendre.

Les mots remplacent l’action. La communication remplace la réflexion de fond.

Peut-on tout dire contre le Front National ? Il faut croire que oui

Je n’ai pas pour habitude de commenter une décision de justice, encore moins de jouer les victimes éplorées. Je sais par expérience que la politique est un combat âpre, où tous les coups sont permis et certains plus que d’autres, quand l’adversaire appartient au Front National.

Je ne peux cependant passer sous silence la stupéfiante décision rendue par le tribunal correctionnel d’Angoulême : la relaxe de deux rappeurs poursuivis par le Parquet, qui demandaient dans une chanson à « voir ma tête découpée, rangée dans un sac ».

Cet appel au meurtre a laissé de marbre les juges de cette juridiction et n’a pas suscité la moindre émotion au sein de la classe politique. J’en déduis que l’on peut aujourd’hui tout se permettre contre le Front National. Mais est-ce vraiment surprenant ?

Naviguer